BIOCOMPIG grain

Mensuelles du granulé bouchons biocompig base 90% de M.S.

Eurofins Agro

Nos produits sont contrôlés via Eurofins Agro

Matière organique


Suffisamment de matière organique dans le sol est la meilleure garantie pour une bonne qualité du sol. C’est ce qui est communément admis. Mais est-ce vrai, et est-ce suffisant? Une vue d'ensemble des avantages de la matière organique, mais aussi de ce qui ne est pas encore connu. 

Qui n'a jamais entendu parler de la matière organique, sera impressionné par ce remède miracle autant d'avantages liés à une substance (voir encadré). Cependant, la question est de savoir la réelle importance que joue exactement la matière organique, dit Hein ten Berge et Wijnand Sukkel, les chercheurs de l’université de Wageningen aux Pays-Bas. Ils ne savent pas si c’est la matière organique elle-même qui est source des avantages ou si d'autres facteurs jouent un rôle dans le raisonnement pour augmenter la teneur en matière organique. La connaissance est important de choisir la bonne stratégie. Quelle devrait la teneur du sol en matière organique, et comment gérer cette teneur de façon optimale sur le plan économique pour en tirer tous les avantages tous les avantages? Quelles sont exactement les inconvénients quand il y a (trop) peu de matière organique dans le sol? Et puis il y a la question de savoir si le taux de matière organique lui-même est important en soi ou si il est plus important de fournir un approvisionnement régulier de matière organique fraîche, rendant le fonctionnement du sol système du sol possible grâce à l’apport d’énergie et d’éléments nutritifs. 

>>Fractions stables de résidus végétaux.
La matière organique est composée des restes de plantes qui sont  transformées dans le sol  dans une fraction stable : l'humus. L'humus est important pour la qualité du sol, mais beaucoup dépend de la structure de l’âge de l’humus. La matière organique est réduite chaque année en particules de plus en plus petites et quand ces particules sont trop petites elles perdent leur valeur et utilité. Cela signifie que la teneur en matière organique dans deux types de sols différents à deux motifs différents peut être la même, mais les effets seront différents. Les sols comme la tourbe, ont une teneur élevée en matière organique, mais elle est âgée et ne joue plus de rôle actif. Les jeunes terres de polders ont, par contre, une matière organique très active, où tous les avantages connus s’appliquent. Il est donc important qu'il y suffisamment de matière organique jeune et active dans le sol. Mais quel est le bon niveau de matière organique? Beaucoup de matière organique active retient bien l'eau. Ceci est utile dans un été sec, mais après un hiver humide, la terre sèche plus lentement et l'agriculteur ne peut rentrer dans ses terres  que plus tard. En outre, le risque de lessivage de l'azote augmente s’il y a beaucoup de matière organique active dans le sol. Mais un niveau trop faible n’est pas bon non plus, la production semble en souffrir, comme on le voit sur les fermes expérimentales Vredepeel et Valthermond et au cours de certaines années.  

>> Baisse du taux de matière organique : une préoccupation
Les agriculteurs sont convaincus de l'utilité de la matière organique et ont peur d’une baisse des taux de matière organique quand ils devront respecter en 2015 les nouvelles normes de phosphate, ce qui risquera de réduire leur revenu. Le niveau des normes n’est pas encore connu, mais ils tendront vers une fertilisation équilibrée: l'application d'engrais à des doses supérieures à ce que les plantes peuvent absorber en phosphate seront interdites, de sorte qu'aucune accumulation de phosphate ne pourra se faire dans le sol. Cela limite la quantité de fumier et donc la quantité de matière organique qui peut être épandue par les agriculteurs. Jusqu'à présent, selon les données du bureau d’analyse des sols Blgg AgroXpertus en moyenne sur Pays-Bas aucune dégradation des teneurs en matière organique n’a été constatée. Cela ne veut pas dire que le niveau des exploitations individuelles n’est pas en baisse. Dans les 'exploitations expérimentales et de recherche à Vredepeel, Nagele et Westmaas on a enregistré une baisse des taux de matière organique entre  1996 et 2004. Les agriculteurs sur les sols légers dans le Nord de la Hollande et les producteurs de bulbes dans les sols sableux savent que  les niveaux de matière organique ont chuté en dessous du minimum critique. Par conséquent, les terres sont  plus difficiles à préparer et les rendements  diminuent. Les agriculteurs ont donc augmenté considérablement les apports de matière organique et observent déjà des effets positifs. Les agriculteurs pourront, selon Sukkel et Ten Berge, apporter suffisamment de matière organique, même avec les futures normes pour maintenir des taux acceptables. Ils devront  plus souvent travailler avec des engrais verts et du compost, les résidus de culture devront être restitués au sol. Sukkel: "Vous voyez de plus en plus la tendance que les agriculteurs essaient de vendre leurs résidus de récolte. Comme avec la betterave pour la production d'énergie. Pour le sol, c’est une mauvaise tendance. Ils devraient simplement laisser les residus sur les champs et enfouir ces résidus  ». Ces mesures coûtent cher. Et puis se pose tout de suite la question: quels apports sont necessaires pour le maintien de la qualité des sols? Personne ne peut répondre correctement à cette question. Et personne ne sait ce qui se passe quand l’agriculteur apporte trop peu de matière organique. Et si la production diminue ou non. Ten Berge: «Avec le projet« Culture hors sol " il arrive  avec une technicité élevée à de bon niveaux de production  sans aucune matière organique. “Mais il ajoute tout de suite " le sol est justement un réservoir qui fait fonction de tampon en remplace cette technicité élevée. Par conséquent, vous voyez que la matière organique est nécessaire. "Tant Sukkel que Ten Berge sont convaincus que la matière organique est importante et que les teneurs dans le sol ne doivent pas se détériorer. Et pas seulement à cause d'une éventuelle baisse de rendement. Tout aussi important est le stockage du carbone pour des raisons de climat. Il y a globalement environ 3,5 fois plus de carbone dans le sol que dans l'atmosphère. Si la teneur en matière organique dans le sol diminue, la quantité de gaz à effet de serre dans l'atmosphère augmente. En outre, un sol riche en matière organique peut stocker plus d'eau. C’est important pour l’évolution de la pluviométrie en cours suite aux changements climatiques. Sucker avertit donc clairement les agriculteurs: "Assurez-vous que les taux  de matière organique dans le sol restent bons, sinon vous aurez des problèmes, peut-être pas maintenant, mais à l'avenir». 

La matière organique dans le sol fournit:

• résistance aux ravageurs et maladies;

• Une bonne structure du sol, et qui a un impact positif sur des questions telles que l'enracinement des plantes, la facilité a travailler le sol, la portance, la création d’ un bon lit de semence;

• Moins de lessivage des pesticides et des nutriments;

• Livraison et stockage des éléments nutritifs;

• Bonne infiltration et stockage de l'eau;

• Stockage du carbone qui rendra le changement climatique moins fort;

• Une vie dans le sol active et variée.  

 Source: Wijand Sukkel et Hein ten Berge (Syscope / Wur) Université Agronomique de Wageningen

Avez-vous des questions au sujet de notre grain Biocompig?    Demandez-nous